Jardin de rouille

Faire rouiller partiellement l’acier est mon premier geste artistique. J’étale, j’asperge des plaques d’acier de produits naturels. J’observe le phénomène d’oxydation, fascinée par les formes, les couleurs qui apparaissent au cours de la métamorphose de l’acier. La rouille ainsi formée est une source vivante d’inspiration. 

Je peins essentiellement sur ces pièces rouillées… un univers poétique, où se mélangent l’abstrait et l’imaginaire peuplé d’elfes et de fées, que j’appelle : « Jardin de rouille ». 
Acier rouillé, ép. : 1,5 mm, dimension : 60 X 60 cm (fourni avec système d’accroche)
Toutes les œuvres sont fixées et vernies (brillant ou satiné ou mat)

Mes oiseaux sont des silhouettes (d’acier) en mouvement, inspirés de mes croquis d’observation. Telle une dentelle de rouille sur une dentelle d’acier, la rouille et le travail pictural déterminent la personnalité de chacun. Découpés en formes et contre-formes, ils sont légers et mobiles. Au gré de l’air qui les traverse, ils virevoltent et projettent leurs ombres joyeuses, montrant au passage toute la richesse des couleurs de leur robe. Par leur cœur doré, ils sont une ode aux êtres sensibles et vivants.

Ci-dessous une vue d’ensemble non exhaustive de ceux-ci.
D’autres photos de meilleure qualité sont à venir.
Plus de photos de détails ici (Autres photos).

N’hésitez pas à me contacter pour plus de renseignements.